Le parcours fait en théorie 5340 km. Je compte le réaliser en 50 étapes, soit en moyenne 105 km par jour. Je vais traverser 11 Etats et passer 3 fuseaux horaires.

J’ai opté pour une traversée Est/Ouest, bien que les vents dominants soufflent d’Ouest en Est. Je vais donc devoir rouler avec du vent de face (l’ennemi du cycliste). Une traversée Ouest/Est aurait posé des problèmes à cause des cols à franchir dans les montagnes Rocheuses. Ceux-ci sont généralement fermés jusque fin mai. Or je commence le périple début mai. En démarrant de New York, les cols seront ouverts lorsque j’arriverai dans le Colorado. Enfin, je garde le meilleur pour la dernière partie du périple. Je vais donc à la conquête de l’Ouest à vélo, comme les pionniers avec leurs chevaux et chariots.

3

Le périple commence par le franchissement des Appalaches en Pennsylvanie. Il s’agit d’une succession de montagnes peu élevées (800 m), mais avec des pentes très raides (10%).

Je me dirigerai vers le lac Hérié pour rejoindre Cleveland dans l’Ohio.

Après ce sera la traversée d’une grande région industrielle vers Chicago dans l’Indiana, au Sud du Lac Michigan, dans laquelle est concentrée l’industrie automobile américaine. 

Ensuite je me dirigerai vers la « Mississipi river » dans l’Iowa et traverserai les vastes plaines de l’Illinois et du Nebraska avec ses routes parfaitement droites, plates et interminables.

J’atteindrai le Colorado, la porte d’entrée de la chaine montagneuse appelée  "Rocky Mountains", la colonne vertébrale de l’Amérique du Nord.

Alors débutera la féerie du grand Ouest américain, la partie la plus intéressante du périple.

Je franchirai une succession de cols dont le plus élevé est à 3720 m au dessus du niveau de la mer avant de rentrer dans l’Utah.

Puis le paysage alpin et sauvage se transformera en désert. Je traverserai le «Great Salt Lake Desert » dans lequel les rares pluies qui tombent s’évaporent très vite laissant un sol d’une salinité exceptionnelle.

Il me restera un Etat à franchir avant d’atteindre la Californie. Il s’agit du Nevada et son immense désert appelé « Great Basin ».

Je suivrai la fameuse route 50 appelée aussi « The Loneliest Road in America », la route la plus solitaire d’Amérique qui effraie et fascine à la fois les cyclotouristes. C’est le Far West avec de magnifique paysage et des cols à franchir jusque 2500 m. Les distances entre 2 villages peuvent atteindre 250 km. Il me faudra gérer au mieux mes réserves d’eau et de nourriture sur cette route délicate.

Je ferai un dernier effort en franchissant la Sierra Nevada qui culmine à 2108 m sur ma route avant de plonger vers la Californie sur San Francisco et l’océan Pacifique, étape ultime de mon périple américain.