france-amerique-logo

VENDREDI 03 MAI 2013

Le voyage caritatif à vélo d'un Breton à travers les Etats-Unis

Le voyage caritatif à vélo d'un Breton à travers les Etats-Unis

Jo Le Bouter

29 avril 2013

Pendant soixante-dix jours, le Breton Jo Le Bouter va traverser les Etats-Unis à bord de son vélo afin de soutenir l’association du Syndrome de Wolfram. Rencontre.

France-Amérique : Vous allez parcourir d’est en ouest les Etats-Unis à vélo. Comment va se dérouler ce périple ?

Jo Le Bouter : J’ai prévu 51 étapes, d’une distance de 110 kilomètres chacune. Ce qui représente à peu près 5 500 kilomètres au total, que j’ai choisi de répartir sur une période de 70 jours. Je pédalerai 51 jours et les dix-neuf qui restent seront dédiés au repos, à la visite et aux imprévus sur la route.

Comment vous êtes-vous préparé ?

J’ai rencontré de nombreuses difficultés lors de ma préparation. En octobre dernier, je me suis cassé la clavicule donc je n’ai pas pu pratiquer de vélo. Cependant, après une rééducation de trois mois, j’ai quand même réussi à me remettre sur pieds. J’ai alors décidé de m’entraîner de janvier à février sur la chaîne montagneuse marocaine appelée le Haut Atlas, en partant d’Agadir. En tout, j’ai roulé 2 000 kilomètres. Grâce à ça, je me sens aujourd’hui parfaitement en condition.

Quel est le but recherché de ce voyage de New York à San Francisco ?

 Il y en plusieurs. Premièrement, j’ai organisé ce voyage car je connais très mal l’Amérique. Je suis persuadé que le vélo est un excellent moyen de voyager à sa vitesse. C’est un défi sportif qui demande énormément de curiosité. Ensuite, le cycliste inspire une certaine sympathie. Sur la route, on rencontre des gens intéressants et on est généralement très bien accueilli. Ce qui m’amène à ma dernière raison. Je parraine une association en France qui s’appelle le Syndrome de Wolfram. Cette fabuleuse aventure me permettra de récolter des fonds pour la recherche sur cette maladie.

Pourquoi l’association du Syndrome de Wolfram est-elle si importante pour vous ?

Le Syndrome de Wolfram, c’est une maladie rare, dégénérative et orpheline qui touche en particulier les enfants. Le fils d’une de mes nièces en est atteint. Lorsqu'elle a découvert cette pathologie, elle a créé une association en 2008 dont elle est la présidente aujourd’hui. L’association du Syndrome de Wolfram a pour vocation de lancer les actions de recherche mais aussi de répertorier tous les cas en Europe. Aider ma famille à travers ce parcours m’a semblé être une bonne initiative.

De quelle manière allez-vous récolter les fonds ?

Par le biais de mon blog jolebouter.canalblog.com. Je propose à mes lecteurs d’acheter en ligne mes kilomètres au prix de deux euros l’un. Si je parviens à vendre la totalité, l’association du Syndrome de Wolfram pourra bénéficier de 11 000 euros. Sur mon site, une borne kilométrique indiquera le nombre de kilomètres débités au fur et à mesure.

Vous avez pédalé dans l’Europe entière : le chemin de Compostelle, la Corse, le Maroc, la France, l’Espagne. Que représente le cyclisme à vos yeux ?

 En 2008, j’ai eu un accident vasculaire-cérébral, heureusement sans conséquence. A l’hôpital, mon neurologue m’a expliqué que j’engendrai beaucoup trop de stress à cause de mon travail. A la suite de cette conversation, j’ai pris conscience qu’il fallait absolument que je change ma façon de vivre. Du coup, je me suis mis au vélo et je me suis tout de suite épris de passion pour ce sport. Rouler quotidiennement m’a sauvé la vie ! Maintenant retraité, je me réjouis d’explorer les merveilles de ce monde à bicyclette tant que je le peux. J’attends d’ailleurs les Etats-Unis avec grande impatience.

Suivez ici la traversée solidaire des Etats-Unis à vélo de Jo Le Bouter.